Chroniques BD


Un ciel radieux, de Jirô Taniguchi sur Arte.
Manga - Écrit par Milan Morales   
Jeudi, 05 Octobre 2017 20:57
Pour les anti-Koh Lanta, on a un excellent plan pour ce vendredi soir!
C’est sur Arte et ça risque d’être très intéressant vu qu’on parlera d’un des plus grands mangaka contemporain : Jirô Taniguchi!

Un-Ciel-radieux-un-film-de-Nicolas-Boukhrief-adapte-de-l-oeuvre-de-Jiro-Taniguchi_header_articles.jpg
./..


Après un accident de la route, un homme se réveille dans le corps de sa victime. Empreinte de spiritualité, une exploration poétique de l'identité et des relations humaines adaptée du grand mangaka Jirô Taniguchi, décédé en février 2017.
Vincent, marié et père d'une petite fille, vit dans le nord de la France. Son entreprise cherchant à licencier, il ne compte plus ses heures pour échapper au chômage. Un soir, ivre de fatigue au volant de sa voiture, il percute un jeune motard. À sa sortie du coma, Vincent se rend compte qu'un transfert a eu lieu : il habite le corps du jeune motard, alors que son enveloppe physique est déclarée morte.

Chez Taniguchi, l'événement fantastique – toujours discret – n'est rien d'autre qu'un déclencheur permettant d'explorer l'identité et l'altérité, la proximité ou l'éloignement, les notions de famille et d'étranger. Joli paradoxe, c'est ce même fantastique qui réconciliera les personnages avec leur spiritualité, comme le montrent les scènes apaisées, coutumières au mangaka, du vent qui bruisse dans les feuilles, trahissant invariablement la présence d'un fantôme bienveillant. Avec des images d'une grande douceur, un cadre pudique qui, comme chez l'auteur nippon, influencé par Ozu, laisse les grandes émotions à la nature, et une réalisation au service de ses acteurs, Nicolas Boukhrief rend au grand Jirô Taniguchi, décédé en février 2017, un hommage précis et virtuose.

Le film a été primé au dernier Festival de la Rochelle, avec pour prix celui de la Meilleure Musique pour ROB, et celui du Jeune espoir masculin pour Léo Legrand.

Un ciel radieux sera diffusé sur Arte vendredi 6 octobre à 20h55.


 
facebooktwitter
Top Events
angouleme_cosey.jpg
creabulles2018.jpg
Il était une fois un 16 Décembre ...
ZEP

Philippe « ZEP » Chappuis, né ce jour en 1967 est citoyen helvétique.
Père d’un des plus grands succès du IXème Art contemporain, Titeuf, ce paisible auteur ne se prend pas la tête avec le succès de son personnage. 


Il créa son 1er fanzine à l’âge de 12 ans qu’il appèlera « Zep », en hommage à Led Zeppelin....
C’est en 1992 qu’il signe chez l’éditeur Glénat son 1er tome de sa série emblématique, intitulée « Dieu, le Sexe et les Bretelles ».


Ces dernières années, s’il continue toujours Titeuf, Zep prend des risques en lançant profusion de nouvelles BD, tantôt actu-humoristiques, (« What a wonderful world 1 & 2 »), tantôt plus adultes, telles « Esmera » ou le très beau « Un bruit étrange et beau », chez Rue de Sèvres.

CLIFTON

Harold « Wilberforce » Clifton est un détective britannique amateur, ancien colonel du MI-5. Aujourd'hui à la retraite, il partage son temps entre ses loisirs, et les enquêtes qu'on lui propose. Il s'agit soit de particuliers, soit de ses anciens collègues du MI-5 ou de Scotland Yard.

Cette série d’aventure policière a fait les belles heures du journal de Tintin, dans lequel elle fera sa première apparition en 1959 (le n°50/59, pour être précis!)

Imaginée initialement par Raymond MACHEROT, elle sera reprise par la suite par le duo « DE GROOT & TURK », mais aussi épisodiquement par BEDU et enfin Michel RODRIGUE. 

En 2016, les éditions du Lombard relance la série avec TURK & ZIDROU, pour une vingt-deuxième aventure intitulée « Clifton et les gauchers contrariés ».
 

Sur le forum