Chronique BD: Les carnets de Cerise # 5

Des premières neiges aux Perséïdes
♥ Coup de coeur ♥


Série: Les carnets de Cerise #5
Auteurs: Aurélie Neyret, Joris Chamblain
Editeur BD: Soleil

Une chronique BD: Génération BD

En quelques mots…
Grâce à ses précédentes enquêtes, Cerise s’est rendue compte du grand manque qui vit en elle. Avec l’aide de sa mère, elle partira sur la piste de son Père, son héros…




L’histoire…
Les vacances de Noël sont là et Cerise atteint un âge critique : 12 ans !
Plus tout à fait enfant mais pas encore adolescente, notre héroïne commence à se poser des questions existentielles…. Et c’est son père, totalement absent de sa vie, qui est au centre de ses interrogations ! Au travers de correspondances dans son carnet à sa mère,
Cerise va partir à la découverte d’un nouveau personnage-mystère : son père !
Tout débute donc il y a quelques années, à leur arrivée au village, dans cette grande maison, lors des 1ères neiges…





Mon avis…
Bien qu’amateur des productions de Joris Chamblain, je dois confesser être toujours passé à côté des « Carnets de Cerise » sans jamais n’avoir fait plus qu’effleurer quelques pages, au gré des 4 précédents albums, sans jamais les avoir vraiment ouverts…. Pire même, j’ai déjà maintes fois conseillé ces albums a des amis en quête d’une chouette série pour leur enfante, en me basant uniquement sur le ressenti de mes filles et ceux des élèves peuplant ma cour de récré…
Il fallait donc bien un jour que j’y passe ; voilà qui est chose faite désormais !
Dernière précision : je n’ai pas lu les 4 tomes précédents ; je vous livrerai donc ici un regard totalement néophyte de la série…

Procédons donc par ordre et commençons donc par le commencement, à savoir le graphisme ! Aurélie Neyret réalise des planches époustouflantes de fraîcheur et d’originalité ! Elle parvient à livrer un récit très fluide tout en alternant « planches de BD » et roman graphique d’enfant ! Une vraie prouesse tant l’équilibre est chose délicate à doser dans un ouvrage de ce type ! N’oublions pas que l’âge de son lectorat-type se situe entre 10 et 13 ans ; il faut donc qu’elle puisse captiver les ados, sans rebuter par trop d’écrits les plus jeunes…

Joris Chamblain nous livre avec ce récit une histoire extrèmement touchante, avec des phrases nous remuant les tripes : « La mémoire nous joue parfois des tours, pour effacer les choses trop pénibles. Elle préfère un joli mensonge plutôt que d’affronter la vérité ». 
Il aborde des sujets rarement vus dans une œuvre pour enfants : la dépression, le deuil, le déni…. La colère et les mensonges ensuite.
Pourtant tout sonne vrai, authentique ! Toujours, son histoire reste accessible aux enfants, toujours il parvient à passionner sans jamais alourdir son écrit. Je vous parlais tantôt d’équilibre nécessaire dans le travail de la dessinatrice ; il en est de même ici aussi !

Le moment-clé de l’histoire est sans conteste l’arrivée d'Annabelle Desjardins, romancière de son état qui va littéralement redonner goût à la vie à la petite Cerise, au travers de son Art ! Bouleversant, tout simplement !

Pourtant, la fin de cet arc narratif ne marque pas la fin du volume : un énorme bouleversement attend encore Cerise, qui va la propulser dans un nouvel univers, totalement inconnu pour elle….
Paradoxalement, ce 5ème opus marque probablement la fin des Carnets de Cerise, bien que le scénariste ai laissé une porte entré-ouverte pour une éventuelle suite, un jour…

En refermant ce livre, je n’ai qu’un regret : n’avoir découvert cet univers qu’avec son ultime tome. Mais ce n’est pas grave : je fonce dans la bibliothèque de mes filles, pour dévorer les 4 autres Carnets !

Un méga-coup de cœur donc pour cette série qui s’adresse à bien plus de monde qu’aux Ado-Naissantes d’aujourd’hui. Bravo donc, Joris Chamblain et Aurélie Neyret, vous avez touché en plein cœur le quadra bien établi que je suis !



Milan Morales

Identification (2)