Chronique BD: IRA DEI # 1

L'or des caïds
♥ Coup de coeur ♥

Série: IRA DEI #1
Auteurs: Ronan Toulhoat, Vincent Brugeas
Editeur BD: Dargaud

Une chronique BD: Génération BD
 

1040, la Sicile est aux mains des Arabes. À la tête des armées de Byzance sur place, le seigneur Harald n'a plus qu'une seule chose en tête: reconquérir la Sicile, la ville de Taormine mais surtout, dans un premier temps, mettre fin aux assauts répétitifs et sanglants des cavaliers arabes insaisissables. L'arrivée du normand Tancrède accompagné du jeune moine Étienne, légat du pape, et d’une vingtaine de mercenaires, normands et lombards pour la plupart, survient à point nommé. En se déclarant capables de les débarrasser des arabes avec si peu de moyens, ils attisent la curiosité d'Harald et de ses hommes. Ce défi déplaît fortement à Arduin, l’émissaire du souverain Lombard, car Tancrède pourrait mettre en doute sa place à la tête de tous les mercenaires normands. Ce que tout le monde ignore, c'est que Tancrède vient de loin, très loin même. Durant la dernière décennie, il était détenu comme esclave dans les mines de soufre de Synnada à Anatolikon, d'où il a réussi à s’enfuir en compagnie d’autres esclaves. Quant au jeune prêtre Étienne, lui non plus n'est pas aussi innocent qu'il paraît. Car l'or des Caïds attise bien des convoitises. 



Mon avis:

Dès les premières pages, on s’interroge sur le but que poursuit Tancrède dans cette mission menée par l'Eglise et on peut se demander jusqu'où il sera capable de duper ses hôtes. La mise en place des événements et des personnages réalisée par Vincent Brugeas est des plus efficaces. Le passé de Tancrède reste encore des plus mystérieux et peu divulgué, l’auteur ayant choisi de distiller les informations à petites doses afin de maintenir le suspense. Ce choix est lié au format en deux tomes qui a été adopté pour ce premier cycle. De ce point de vue, le scénario est bien construit puisqu’il met déjà la pression pour la suite de cette aventure.

Les dessins de Ronan Toulhoat servent parfaitement le récit. Bien qu’hétéroclites, les personnages sont charismatiques et aisément reconnaissables, facilitant ainsi la lecture. On ressent bien la puissance et le potentiel qui se dégage de chacun d'eux. Les paysages sont également bien représentés, soulignant la difficulté que pouvaient rencontrer des armées face à des villes fortifiées, le plus souvent perchées au sommet de collines les rendant presque inaccessibles et protégées par des obstacles infranchissables.

Ronan Toulhoat nous propose une très belle mise en couleurs adoptant des tons et nuances différents en fonction des périodes: le présent offre de belles couleurs naturelles, les passages plus violents sont teintés de rouge, et les flashes-back sont plutôt en sépia.
Un bon premier tome d’une nouvelle série qui s’annonce plutôt prometteuse.

Identification (2)