Jean-Marc BRULET, fondateur de "100 états d'Art"
Reportages Vidéos Écrit par Milan Morales   
Dimanche, 01 Janvier 2017 20:00

100EtatsdArt-3_700x525.jpg
 
Après vous avoir proposé dans une news du 20 décembre cette somptueuse reproduction de luxe de franquin (mais si mais si, rappelez-vous !) et comme promis, voici aujourd’hui que nous vous publions l’interview de ce grand passionné du IXème Art !

Vous trouverez aussi de-ci, de-là, quelques illustrations de ce magnifique
travail !
 

Belle lecture et… ne tardez plus à vous décider entre la version « Luxe » et l’ « exclusive », car ça part vite !

Jean-Marc; 47ans, Docteur en Biologie, ancien chef de peloton… Avec ce type de palmarès, on imagine mal que tu sois fan de BD… Est-ce bien sérieux, cette passion?

Dis donc, tu en sais des choses sur moi. Tu es de la police? La BD une passion sérieuse? Mais pourquoi pas? Justement, dans une vie remplie d’activités professionnelles très sérieuses on a parfois envie de décompresser. Cette passion pour la BD m’a permis de ne pas devenir fou à certains moments. Lire une BD, c’est ma façon à moi de faire le vide pour me ressourcer. L’avantage est, qu’en général, tu termines un tome en moins d’une heure. Tu peux ensuite replonger les mains et le cerveau dans le cambouis.

De passionné éclairé de BD (tu es très actif sur certains forums sous le pseudo "FandeCosey"), te voici devenu «éditeur de para-BD». Pourquoi ce changement d’état, quel a été le déclic?

J’étais relativement actif sur certains forums. Je n’ai malheureusement plus trop le temps avec un job à temps plein d’une part une vie familiale bien remplie d’autre part et, maintenant, cette activité complémentaire. Mais le changement d’état dont tu parles n’est pas lié aux forums. C’est juste le dernier état (en date?) d’un long cheminement pour une passion: la bande dessinée. J’ai l’impression que de nos jours il y a une surproduction dans ce milieu, que chaque éditeur veut occuper l’espace pour marquer les esprits et faire du chiffre. Quitte à le faire avec des choses de qualité médiocre. Je suis donc plus souvent déçu à l’heure actuelle de ce qui sort que lorsque j’ai acheté mes premiers albums même si, soyons clairs, il y a encore des tas de perles qui sont éditées chaque année. Je me suis donc petit à petit laissé envahir par l’envie d’éditer de petites choses… mais avec un fil rouge constant: de la qualité.

 

100etatsdArt-5 2000x2666 

100etatsdArt-2 2000x1500 

Pour ton 1er travail de reproduction d’Art, tu t’attaques directement à un des plus grands maitres de la BD, Franquin. Pour quelles raisons ce tirage exceptionnel du «Livres de bord»?

De nos jours, lorsque tu démarres une activité, tu as intérêt à frapper fort dès le début. A marquer les esprits. Sinon, tu risques de disparaître très vite. C’est sans doute lié d’une part la surproduction de qualité moyenne dont j’ai déjà parlé qui fait que tu es noyé dans ce qui sort et, d’autre part, à l’évolution du monde en général: ou tu crées le buzz, ou tu n’existes même pas. Le monde est devenu extrêmement concurrentiel. Une concurrence pas toujours très saine d’ailleurs car elle porte surtout les gros acteurs, étouffant les petites pousses prometteuses. De plus, si tu es vraiment animé par la passion, tu ne peux concevoir que le meilleur. Tu veux de la qualité et pas nécessairement du chiffre d’affaire. Alors, lorsque réfléchissant à ce que serait ma première réalisation, j’ai eu cette opportunité, l’accès à ce dessin exceptionnel et presqu’inconnu vu les pauvres visuels qui en existaient à ce jour, j’ai foncé! Et, cerise sur le gâteau, André Franquin est l’un de ceux que je considère comme les Maîtres absolus. Je ne pouvais faire que ce choix. Mais plutôt que d’opter pour un imprimeur chinois qui m’aurait fait du bas de gamme à bas coût, j’ai choisi un véritable artisan imprimeur de chez nous. Un homme qui a bien connu André Franquin d’ailleurs et qui a travaillé avec lui. Ce n’est plus le même prix de production mais, pour moi l’important n’est pas d’être le plus rentable possible –je ne dis même pas rentable, de nos jours ça ne veut plus rien dire- Je n’ai pas d’actionnaires à rémunérer. L’important, pour moi, c’est de faire du beau!

Jean-Marc, tu nous présentes ici une reproduction magnifique d’une illustration quasi-inédite de Franquin. D’où la sors-tu donc?

Le hasard fait parfois bien les choses. Alors que je réfléchissais à ce que je voulais mettre en production, un midi, lors d’une discussion avec une collègue de travail, je lui ai fait part de ma passion pour la BD. Elle me parle alors de son frère, lui-même passionné et collectionneur d’originaux. Au bout de quelques discussions, elle me le présente et nous sympathisons. C’est alors que ce collectionneur très discret me montre ces trésors dont cette illustration qui a tout de suite retenu mon attention. Et, comme je lui parlais de cette envie de lancer cette activité, c’est lui-même qui m’a proposé de rééditer ce dessin au départ d’un scan de l’original.

 

Tu commercialises 2 variantes : une «luxe» à 60€ et une «exclusive» à 120€. Quelles sont les différences entre ces 2 versions?

Je te rassure, le dessin est le même! (Rires). Les différences sont avant tout le format, la qualité de l’impression et celle du papier. J’ai voulu faire un objet qui rende enfin justice au talent de Franquin tout en restant accessible. C’est pour cela que j’ai créé la version «Luxe». Mais j’ai voulu faire également quelque chose d’exclusif -d’où le nom de la seconde version- avec un vrai produit de luxe sur un papier vraiment somptueux. Une reproduction pour se faire plaisir!

 

Ok, je suis convaincu: je t’achète une version «exclusive»! Je l’aurai quand?

Elles sont dispo! Juste le temps de l’emballer et d’aller à la poste. Mais il est vrai que j’ai mis un délai de livraison assez long. J’ai un boulot très prenant et deux enfants encore assez jeunes. Aussi, mes soirées, je les passe maintenant à faire… des colis.

100etatsdArt-4 2000x2666 


Tu recherches pas mal de planches d’auteurs différents : Hergé, Mézières, Le Gall, Rosinsky, mais aussi du Lambil, Frank Pé ou Uderzo… Qu’est-ce qui te pousse ? L’Art, l’Investissement ou « un peu des deux, mon Capitaine ? »

C’est la passion avant tout. Par exemple, j’ai aussi des planches qui ne valent pas très cher mais me plaisent énormément. Hors de question par exemple de revendre ma planche de Daniel Desorgher qui est un auteur pour qui j’ai une grande tendresse. Cependant les prix montant régulièrement, j’ai mis en avant ceux qui risquent à mon sens -mais je ne suis pas devin- de monter encore. Juste histoire d’avoir peut-être encore une chance d’accrocher l’un ou l’autre de ceux-là à mon palmarès avant que ce ne soit devenu impayable. Je ne me fais pas trop d’illusions: je ne me les offrirai pas tous, loin de là. Pour les autres dont les prix restent démocratiques, c’est un peu plus simple donc, je ne les ai pas mis en avant. Pas besoin de participer à l’augmentation de la demande qui fera monter les prix. Et puis, plus un auteur «vaut cher» et moins on en profite. Aujourd’hui, avoir une collection d’originaux fait qu’on en profite plus de la même façon. Les belles pièces sont malheureusement remisées dans un coffre à la banque. Mais si les prix des auteurs renommés pouvaient stagner voire baisser, ce ne serait pas pour me déplaire. Je ne me sens pas encore rassasié…

 

Tu mets en lumière aujourd’hui une œuvre d’un maitre de la BD, Franquin, issu de l’école de Marcinelle (Spirou). Hors ton pseudo (FandeCosey), fait lui plutôt référence à l’école de Bruxelles (Tintin). Alors Jean-Marc, au final : « FandeSpirou » ou « FandeTintin » ?

Je suis nul en choix de pseudos! (Rires!). Je me suis creusé la tête pour trouver celui-là. Sur un autre forum, j’étais «Kurdyslande». Jeux de mots entre Kurdy le perso d’Hermann, auteur dont je suis fan et «Le cœur en Islande», chouette bouquin de Makyo. Bref, je ne trouvais rien et j’ai simplement voulu faire une référence à un auteur dont j’aime beaucoup l’œuvre: Cosey. Pour moi, «Le voyage en Italie», «Saïgon-Hanoï» ou encore «Le privilège du serpent» sont parmi les BDs les plus fortes que j’ai jamais lues. Bref, Fandecosey, c’est ce que j’ai trouvé de moins nul… (Honte!).

 

J’ai ouï dire que tu avais dans tes projets un second travail, toujours sur Franquin. Quelques mots à ce sujet ?

Là aussi, je crois avoir mis la main sur une petite pépite chez un collectionneur. Un superbe dessin original que je n’ai jamais vu ailleurs. Je l’ai décrit à d’autres amateurs éclairés de l’œuvre de Franquin et il n’a éveillé aucun souvenir. Je compte éditer un ou deux autres auteurs puis revenir à Franquin avec ce joli dessin.

 

Il semblerait qu’un dessin de Giraud et un autre d’Hermann soient aussi dans ton collimateur… On peut espérer un jour un Blueberry et un Comanche ?

Tu as vu juste. J’ai en effet comme objectif deux illus western. L’une d’Hermann pour Comanche et l’autre de Giraud pour Blueberry. Deux séries dont je suis grand fan. J’aime le western. Gamin, j’adorais regarder les films de John Wayne à la télé!  

Merci Jean-Marc pour cet échange et plein de succès dans ta nouvelle activité !



alt
Pour accéder au site de Jean-Marc, cliquez sur l'image.

Milan Morales
Mise à jour le Lundi, 02 Janvier 2017 08:24
 
facebooktwitter
Les Interviews
Interviews Vidéos
Interviews Ecrites
Articles Associés