Palmarès d'Angoulême 2019

Les Fauves d’Angoulême ont tous été remis ce WE et les albums primés, bien que certainement de grandes qualités, sont pourtant souvent des œuvres peu connues du grand public !

Les grands oubliés semblent par ailleurs être les grands éditeurs classiques. A ce propos une carte blanche de Jacques Schrauwen est pertinente à ce sujet (ici)

Fauve d’Angoulême - Fauve d’Or : « Moi ce que j’aime c’est les monstres » d’Emil Ferris (Monsieur Toussaint Louverture) 

Fauve d’Angoulême - Prix spécial du Jury : « Les Rigoles » de Brecht Evens (Actes Sud)

Fauve d’Angoulême – Pris de la série : « Danssker » de Halfdan Pisket (Presque Lune)

Fauve d’Angoulême – Prix Révélation : « Ted drôle de coco » d’Emilie Gleason (Atrabile)

Fauve d’Angoulême – Prix Jeunesse : « Le Prince et la Couturière » de jen Wang (Akiléos)

Fauve d’Angoulême – Prix du Patrimoine : « Les travaux d’Hercule » de Gustave Doré (2024)

Fauve Polar SNCF : « Villevermine : l’homme aux babioles» de Julien Lambert (Sarbacane)

Fauve d’Angoulême – Prix de la BD Alternative : « Expérimentation » de Samandal 

 

Fauve d'honneur: Frank Miller

Et également le Prix René Goscinny attribué à un scénariste, et qui récompense cette année Pierre Christin pour l’ensemble de son œuvre.

Prix Couilles au Cul pour prix du courage artistique : « Le cauchemar d’Obi » de Jamonyqueso (L’Harmattan BD)

Prix Schlingo : « Tendre enfance » de Laurent Houssin et Jorge Bernstein (Rouquemoute)

 

Palmarès des Prix découvertes : (où l’on retrouve des bds moins pointues J )

Prix des écoles d'Angoulême: "La boîte à musique" de Gijé et Carbone (Dupuis)

Prix des collèges: "La Brigade des Cauchemars" de Thuillez,Dumont et Drac (Jungle)

Prix des lycées: "Il faur flinguer Ramirez" de Petrimaux (Glénat)

 

Tags: ,
Il était une fois un 25 Janvier ...
Les NOMBRILS

C’est le 25 janvier 2006 que parait en librairie le tome 1 de cette série.

Jenny et Vicky sont les pires chipies que la Terre ait portées. Elles se prennent pour le nombril du monde et pour peu, elles le seraient vraiment. Avec leurs vêtements sexy, leur maquillage provocateur et leur coiffure toujours impeccable, partout où elles vont, les regards sont hypnotisés, la musique s'arrête. On ne voit et on n'entend plus qu'elles.
Et heureusement ! Parce que Jenny et Vicky sont prêtes à tout pour être le centre d'attraction.

Dans ce monde qui privilégie l'enveloppe plutôt que son contenu, leur « amie » Karine ne peut qu'être un souffre-douleur au vu de sa taille et de son manque de confiance manifeste… Et si un jour Karine s'émancipait ? Qu'adviendrait-il de ce trio dépareillé ? L'amitié survivrait-t-elle ?

Le 12 avril 2007, le Prix Bédéis Causa - Albéric Bourgeois a été décerné à Delaf et Dubuc pour le premier tome de la série Les Nombrils, "Pour qui tu te prends ?".

Maryse Dubuc a reçu, pour "Les Nombrils", le Prix du meilleur scénariste décerné lors de la 6e édition des Joe Shuster Awards organisé à Toronto en juin 2010

Enfin, devant le succès de la série (et l’évolution irrémédiable des personnages), les auteurs ont créé en 2017 une série SpinOf: « Les Nombrils, 1ères vacheries! »
 

Identification (2)