• En Librairies:      

    25/09 - AGOSTO - Bedebox
    25/09 - TORTON, RENAUD, BARUTTI - Collect Market (Tour et Taxis)
    29/09 - AURITA - BD Web
    30/09 - PAPADATOS & AURITA - Flagey
    01/10 - MALLIE - Flagey
    01/10 - HERMANN - Paradise BD
    01/10 - ADAM - Skull

    Lire la suite...

Les nominés pour le Grand Prix du FIBD 2020

Emmanuel Guibert (Le Photographe, La guerre d’Alan), Catherine Meurisse (Moderne Olympia, Scènes de la vie hormonale, Le Pont des Arts, Les Grands Espaces) et Chris Ware (Jimmy Corrigan, Building Stories) sont les trois auteurs plébiscités par leurs pairs pour figurer dans le tiercé de tête pour le Grand Prix du Festival International de la Bande Dessiné d’Angoulême.

 

photographe_planche.jpg

 Extrait "Le Photographe" (Emmanuel Guibert)

 

C’est donc automatiquement l’un de ces trois auteurs, deux Français (dont une femme) et un Américain, qui succèdera à la Japonaise Rumiko Takahashi, Grand Prix 2019 et Présidente de l’édition 2020.
olympia.jpg

Extrait "Moderne Olympia" (Catherine Meurisse)

Ce ne sont pas moins de 1230 auteurs qui ont participé au vote, le Grand Prix étant en effet désigné par la profession et plus par l’Académie des Grands Prix depuis 2013. Le second tour se déroulera du mercredi 15 janvier au dimanche 20 janvier à minuit et les 1230 auteurs ayant participé au premier tour sont invités à se prononcer sur leur préférence. Alors que beaucoup de Français avaient été primés depuis la création du festival BD d’Angoulême (32 Grands Prix sur 39 éditions !), depuis 2013 ce ne sont que des « étrangers » qui ont obtenu le Grand Prix (Néerlandais, Américain (2 fois), Japonais (à 2 reprises également), Belge, Suisse), qui sera le vainqueur de cette année ? Emmanuel Guibert qui figurait dans le trio de tête les deux dernières années ? Un auteur plus international, déjà nominé également, tel Chris Ware, déjà multiprimé (22 Eisner Awards et 28 Harvey Awards) ? Ou encore la « benjamine » Catherine Meurisse qui a échappé aux attentats chez Charlie Hebdo il y a 5 ans et a ensuite sort un livre « La légèreté » en guise de thérapie ?

JimmyCorrigan.jpg

Extrait "Jimmy Corrigan" (Chris Ware)

 

Quel que soit le choix final, la sélection pose déjà question, comme souvent à Angoulême, car en effet ces trois auteurs ne sont pas parmi les plus connus. Un rapide micro-trottoir montre que le grand public ne les connaît (presque) pas et même plusieurs de nos chroniqueurs chez GénérationBD ne connaissent aucun des trois nominés !

Verdict final le 29/1 à Angoulême…

Il était une fois un 26 Septembre ...
Journal de TINTIN

Avec le journal de Spirou, dont nous reparlerons dans cette rubrique plus tard, cet hebdomadaire a formé réellement le ciment du monde du IX Art!  Il fut lancé au sortir de la guerre, en 1946.
Combien de talents n’ont-ils pas éclos au travers de ses pages?

Las! Ce journal cesse de paraître en novembre 1988 : les ayants droit d'Hergé, détenteurs du nom de Tintin, ont en effet décidé de lancer sans Les Éditions du Lombard un nouveau journal, Tintin reporter, qui disparaitra cependant au bout de quelques mois.
Le Lombard lance à son tour un nouveau périodique destiné à remplacer Tintin, Hello Bédé, qui paraitra lui jusqu'en 1993.
 

ANDRE

Je ne sais pas ce que j’ai à penser à André aujourd’hui, ce n’est pourtant pas le prénom de CAUVIN, né il y a plus de 8 décades, figure de proue de l’humour et excellent placement pour le journal de Spirou.  Il fut l'auteur -entre mille séries- des femmes en blanc, de Pierre Tombal, des Tuniques bleues,... C'est le 19 août 2021 qu'il quitta son sol aclot.

Ce n’est pas non plus le prénom de MACHEROT, décédé ce jour en 2008, auteur complet à qui on doit Isabelle avec Franquin (tiens ? André !), Sybilline, Clifton et Mirliton avec… Cauvin.

Quant à André ESPADON, j’ignore qui il est, ce n’est pas un auteur mais bien le secret du premier « Blake et Mortimer » d’E.P.Jacobs qui était paru en son temps dans le journal de Tintin (André Tintin ?).

Identification (2)