The Seven Deadly Sins, en phase finale!

Alors que le #28 sortira chez nous le 23 août aux éditions Pika,, Nakaba Suzuji vient d’annoncer la fin de sa série!



C’est dans une interview au magazine Da Vinci que le mangaka vient d’annoncer la terrible nouvelle:
Dans environ 1 an et après 40 tomes d’épopée la conclusion finale des Seven Deadly Sins tombera, tel une guillotine sur un frêle cou de roitelet…

Il a aussi annoncé avoir planifié cette fin depuis le 1er volume et qu’il compte bien lui donner une fin digne du Shônen magazine (Ndlr: bon, ça, on s’en doutait un peu, il allait pas dire l’inverse…)

S’il est encore tôt pour lui de se projeter dans l’ « Après », il n’écarte pas une suite à son manga, voire de passer à toute autre chose: écrire un manga de Baseball…

Bon, faisons donc les comptes: 40-28… Reste donc 12 volumes pour frémir sous les coups de nos héros!

A titre info’, voici la cover du tout nouveau #33, tout fraichement sorti au Japon!

Il était une fois un 16 Février ...
Olivier BAUZA

Olivier est né une nuit d’orage de l’année 1970. Il tombait des cordes, ce qui le prédestinait à devenir violoniste. Mais comme le bébé avait bonne mine, il opta pour une carrière dans le dessin. Durant son enfance, ses professeurs disaient souvent qu’il lui manquait une case. Olivier, pour se soigner, se lança dans la BD. Il devint alors associable et resta dans sa bulle, ne s’exprimant que par onomatopées. Les pages blanches lui provoquant des idées noires, il ne cessa de gribouiller et vit soudain la vie en rose.

Sa Superpepette martyrisa Spirou Hebdo, sa Loana Jones tortura Pif Gadget et ses Provençaux sévirent dans toute la Paca.

Olivier traumatise aussi les écoliers du sud de la France où il donne des cours de BD régulièrement. Les nuits de pleine lune, retrouvant une certaine lucidité, il délaisse la BD humoristique et se lance alors dans des projets réalistes, comme Cézanne ou Dinia… Un garçon très dur à cerner, finalement…

(Source: artisbd)
 

Identification (2)