WTF…riday: l’entrainement des Sayans

Les séances d’entrainements de Goku et Vegeta en gravité multipliée ont toujours marqués les fans sportifs.
Aujourd’hui (et pour le plaisir!) un Neurologue analyse les effets de ce type d’entrainements sur un corps réel!

 Dragon-Ball-Z-Vegeta-X400-Gravity-Training.webp

J’avais 20ans. Je voyais sur mon écran Vegeta s’entrainer comme un fou dans la salle d’entrainements par gravité, créée par le père de Bulma. Après ça, je partais courir comme un fou, chargé à bloc par ces séquences fantastiques….
Mais comment notre corps d’humains aurait réagi si nous avions suivi le même entrainement?

Le postulat de départ est le suivant: "en s’habituant à une gravité plus forte que celle à laquelle nous sommes confrontés tous les jours, nous devrions logiquement devenir plus fort et nos gestes plus rapides".

C’est donc une étude très sérieuse qui a été réalisée par le professeur Hirata pour le site officiel de Dragon Ball.

Après avoir payé de sa personne en expérimentant lui-même une gravité x2, il a livré ses conclusions:
« Je vous le dis, 2G n'est pas une promenade de santé. Le poids de votre corps double soudainement, la tension est donc immense. Le simple fait de lever le bras pour se gratter le nez est un défi, et si vous n'adoptez pas la bonne posture,[...] le flux sanguin vers votre cerveau ralentit et vous pouvez perdre conscience. Nous avons d'abord commencé les expériences avec 3G, mais comme tous les participants, moi compris, continuaient de s'évanouir, il aurait été très difficile de progresser ! Nous avons donc fini par passer en 2G » a-t-il expliqué.

Et de conclure: «  Si un être humain était placé dans un plan d’entrainement avec une gravité x100 (pour Goku) ou x400 (pour Vegeta), ses os se briseraient, entrainant une mort certaine et douloureuse »…

unnamed.png

Dont acte, on continuera donc à juste « rêver ». Néanmoins, l’effet « motivation » en voulant se dépasser tel Vegeta lors d’une séance d’entrainement restera très bénéfique pour progresser… mais à notre niveau de terriens!

Il était une fois un 16 Mai ...
MIDAM

Comme HERGE et FRANQUIN, c'est dans la commune bruxelloise d'Etterbeek que Michel Ledent, dit MIDAM, voit le jour le 16 mai 1963.
Une fois son diplôme de Saint-Luc en poche, il fait longtemps des petits travaux pour diverses revues.  C’est en 1992 qu’il renouvèle complètement la rubrique « Jeux vidéos » du journal Spirou et crée pour l’occasion… Kid Paddle, qui verra sa 1ère sortie en album 4 ans plus tard.

Fort de ce succès, il crée la BD dérivée Game Over, dont il passera les manettes à l’un de ses assistants, ADAM et s’entourera de divers scénaristes.

Citons aussi la série en 3 tomes, Histoires à lunettes, faite avec CLARKE en  1997, ou encore le one-shot Harding was here en 2008.

Aujourd’hui l’univers étendu de Kid Paddle couvre la BD, mais est décliné aussi sur foultitudes d'objets dérivés, jeux vidéos et même en série animée!

Identification (2)