Angoulème 2018 - Prix en marge du festival

Prix Couilles au Cul

Après la Tunisienne Willis from Tunis en 2016, la Turque Ramize Erer en 2017, c'est au tour de l'Iranien Kianoush Ramezani, alias Kianoush, de recevoir le Prix Couilles au Cul qui récompense le courage artistique. En recevant ce prix, le lauréat qui subit des menaces dans son pays s'assure de soutiens de par le monde et s'ouvre des opportunités professionnelles.

Son dessin, très métaphorique et néanmoins incisif, commente au jour le jour la situation politique iranienne et internationale : les faux-semblants sur le nucléaire, les efforts du pouvoir pour interdire les réseaux sociaux sur Internet, les interdits religieux, la Légion d'Honneur accordée au prince héritier d'Arabie saoudite, le conflit israélo-palestinien, sur l'écologie, les élections françaises et iraniennes, sur le petit Aylan, sur la liberté de la presse et Charlie Hebdo évidemment.

 

Prix Tournesol décerné à L. Bonneau & M. Ramadier pour « Et il foula la terre avec Légèreté » (Futuropolis). Il récompense un album considéré comme le plus sensible aux problématiques écologiques ou le plus porteur de valeurs comme la justice sociale, la défense des minorités et la citoyenneté

 

 

Prix Canal BD attribué à Timothé Leboucher pour « Ces jours qui disparaissent » (Glénat). Excellent album que nous avions chroniqué ici

 

Cet auteur a également été récompensé d’un BDGest Art, dont voici le palmarès complet :

  • Récit court – Europe : Ces jours qui disparaissent de T. Le Boucher (Glénat)
  • Série - Europe : Urban t4 Enquête immobile de L. Brunschwig, R. Ricci & M. Linares (Futuropolis) 
  • Album – Asie : L’enfant et le maudit vol 1 de Nagabe (Komikku) 
  • Album – Comics : Fondu au noir de E. Brubaker, S. Phillips & B. Breitweiser (Delcourt) 
  • Premier album : Les reflets changeants d’A. Mermilliod (Le Lombard) 
  • Album Jeunesse : Imbattable t1 Justice et légumes frais de P. Jousselin & L. Croix (Dupuis) 
  • Couverture : Ar-Men, l'enfer des enfers d’E. Lepage (Futuropolis)

Assurément un palmarès BDGest collant plus aux goûts et attentes du Grand Public que celui officiel du Festival!

Il était une fois un 21 Mai ...
GRIFFO

Né en ce jour ensoleillé à Wilrijk, en 1949, GRIFFO, pseudo de Werner GOELEN commence par reprendre Modeste et Pompon laissé en plan par MITTEÏ. Très prolifique, il illustre Vlad, Giacomo C, Empire USA, Munro, S.O.S Bonheur, Sherman ou encore L'ultime chimère

Identification (2)