Munuera et BeKa pour le prochain Tuniques bleues !

Raoul Cauvin avait annoncé à Lambil et Dupuis en leur livrant son scénario du tome 64 que ce serait son dernier. Créateur de la série avec Louis Salvérius malheureusement décédé en 1972, Cauvin et les héritiers de Salvérius ont vendu leurs droits à Dupuis.

Lambil souhaitait pour sa part poursuivre le dessin mais le temps de trouver un accord avec Dupuis et la parution en 2020 de l’album annuel était compromise. Or la série s’est vendue à plus de 20 millions d’albums dans le monde et a été traduite en 15 langues !

TB_munuera.jpg

Pour que l’aventure ne s’arrête jamais, il a donc été décidé, en concertation avec l’éditeur et Lambil, d’honorer la parution annuelle des « Tuniques bleues » en publiant le tome 65 signé par Jose Luis Munuera (Nävis, Zorglub, Campbell) et le duo BeKa composé de Bertrand et Caroline (Rugbymen, Champignac). Ces trois auteurs, en grands admirateurs de la série, avaient été sollicités il y a quelque temps pour réfléchir à une histoire des « Tuniques bleues » en prévision du départ de Raoul Cauvin. Ils se sont immédiatement portés volontaires pour assurer cette mission. Reprenant les codes et l’humour du tandem culte composé du caporal Blutch et du sergent Chesterfield, les auteurs ont tenu à coller à l’identité de la série en conjuguant l’aventure trépidante avec une peinture de l’Histoire américaine capable de faire écho aux problématiques modernes. Le story-board de Jose Luis Munuera étant tellement abouti que le dessin de l’album lui a finalement été confié. 

 

TB_munuera_bis.jpg

 

Intitulé « L’envoyé spécial », ce 65ème tome sortira donc en octobre de cette année, soit avant le tome 64 prévu seulement en 2021 sous la houlette de Lambil et Cauvin ! Son tirage annoncé sera de 105.000 exemplaires.

Comme à l’habitude l’histoire s’inspire d’un fait historique, ici l’Anglais William Howard Russell, premier correspondant de guerre de la presse pour le Times de Londres en Inde, dans le conflit en Crimée et à la guerre de Sécession. Son périple dans le Nouveau Monde permet d’évoquer l’éternelle tentation d’instrumentalisation de la presse par le pouvoir et la difficulté pour elle de rester objective.

 

TB_beka.jpg

 

Et la suite ? Le tome 66 et les suivants seront bien entendu dessinés par Willy Lambil, 84 ans, mais sans scénariste encore annoncé à ce jour.  

Il était une fois un 25 Janvier ...
Les NOMBRILS

C’est le 25 janvier 2006 que parait en librairie le tome 1 de cette série.

Jenny et Vicky sont les pires chipies que la Terre ait portées. Elles se prennent pour le nombril du monde et pour peu, elles le seraient vraiment. Avec leurs vêtements sexy, leur maquillage provocateur et leur coiffure toujours impeccable, partout où elles vont, les regards sont hypnotisés, la musique s'arrête. On ne voit et on n'entend plus qu'elles.
Et heureusement ! Parce que Jenny et Vicky sont prêtes à tout pour être le centre d'attraction.

Dans ce monde qui privilégie l'enveloppe plutôt que son contenu, leur « amie » Karine ne peut qu'être un souffre-douleur au vu de sa taille et de son manque de confiance manifeste… Et si un jour Karine s'émancipait ? Qu'adviendrait-il de ce trio dépareillé ? L'amitié survivrait-t-elle ?

Le 12 avril 2007, le Prix Bédéis Causa - Albéric Bourgeois a été décerné à Delaf et Dubuc pour le premier tome de la série Les Nombrils, "Pour qui tu te prends ?".

Maryse Dubuc a reçu, pour "Les Nombrils", le Prix du meilleur scénariste décerné lors de la 6e édition des Joe Shuster Awards organisé à Toronto en juin 2010

Enfin, devant le succès de la série (et l’évolution irrémédiable des personnages), les auteurs ont créé en 2017 une série SpinOf: « Les Nombrils, 1ères vacheries! »
 

Identification (2)